© Istock/Pham Hung
© Istock/Pham Hung

Dalat : la station de montagne coloniale française

4 minutes de lecture

Ce récit est traduit avec l'aide de la technologie

Ce texte a été traduit en Français à partir de la version originale en English.

L'ancienne station coloniale de Dalat semble être protégée par des dieux, comme une sorte de terre promise. Les Français l'ont établie comme une retraite en saison chaude, mais après avoir été chassés, les Vietnamiens l'ont reprise sans la détruire. Pendant la guerre américaine, les officiers du Sud-Vietnam et les combattants vietnamiens venaient ici pour se détendre et se ressourcer côte à côte. Peut-être discutaient-ils de tactiques autour d'un verre de ruou, pour les tester plus tard sur un champ de bataille. Aujourd'hui, l'endroit conserve son attrait illogique, peut-être même magique. C'est touristique, de mauvais goût, kitsch, excentrique, et pourtant quelque part beau. Agité comme seule une station balnéaire populaire peut l'être, et pourtant relaxant. Et même pour ceux qui se trouvent immunisés contre son charme, Dalat constitue une base parfaite pour explorer les attractions naturelles voisines. De plus, le terrain vallonné offre de superbes vues - presque n'importe quel endroit vous garantira de beaux panoramas, surtout par une nuit brumeuse, lorsque les lumières de Dalat illuminent le brouillard depuis le bas.

Maison de la folie

© Istock/alexkoral
© Istock/alexkoral

Conçu par un architecte vietnamien qui a étudié à Moscou, a survécu à une période d'oppression politique, mais a finalement gagné la faveur et la célébrité, ce bâtiment ressemble à quelque chose sorti de "Alice au pays des merveilles". La Maison folle de Dalat fait honte à Gaudi avec son absence totale de formes rectangulaires, ses contours superposés plus adaptés à une grotte karstique et son enchevêtrement de couleurs qui tombent brusquement dans le monochrome au moment où l'on s'y habitue. Sa créatrice, Mme Dang Viet Nga, voulait manifestement exprimer le désir insatiable de liberté de l'homme. Ce qui en est ressorti, cependant, est plutôt un hommage à la créativité sans entrave au bord de la folie. Des visites guidées sont proposées et une partie du bâtiment sert d'auberge - vous pouvez même y passer la nuit si vous en avez les moyens et si vous n'avez pas peur de vous réveiller dans une autre réalité.

Crazy House, Dalat
Crazy House, Dalat
03 Đường Huỳnh Thúc Kháng, Phường 4, Thành phố Đà Lạt, Lâm Đồng 66000, Vietnam

Le palais d'été de Bao Dai

© Istock/quangpraha
© Istock/quangpraha

Contrairement à la Maison folle, la résidence d'été du dernier monarque vietnamien est assez peu impressionnante de l'extérieur. On y vient pour l'histoire, pour le sentiment élégiaque et décadent du changement d'époque. Ici, la frontière entre la réalité et la fausseté, déjà mince dans la ville touristique de Dalat, se réduit à une incertitude totale. L'intérieur, préservé sans altération et à peine équipé de légendes ou de panneaux d'information, donne l'impression que ses occupants de haut rang viennent juste de partir - et culmine avec un studio photo où les touristes peuvent s'habiller en tenue royale et poser sur le trône. Le roi lui-même, en fait, est resté sur cette même ligne ténue - le successeur d'une puissante dynastie, qui n'était en fait qu'une marionnette entre les mains des Français. Dans l'ensemble, l'expérience n'est pas très intéressante sur le plan touristique, mais elle est très philosophique.

Bao Dai's summer palace, Dalat
Bao Dai's summer palace, Dalat
1 Đường Triệu Việt Vương, Phường 4, Thành phố Đà Lạt, Lâm Đồng, Vietnam
© Istock/saiko3p
© Istock/saiko3p

Temples

© Istock/saiko3p
© Istock/saiko3p

Les deux temples les plus intéressants des environs de Dalat sont commodément reliés à la ville par un petit train et un téléphérique. Ce dernier vous mènera à la pagode Truc Lam, un grand monastère actif, avec des moines résidents et des pèlerins en visite. Son principal attrait touristique est la vue panoramique sur un lac voisin, mais elle pourrait également constituer un cas d'étude utile de la religion vietnamienne endémique, synthèse du bouddhisme, du confucianisme et des anciennes croyances locales. La pagode Linh Phuoc, située près de la fin de la ligne de train miniature, est un autre temple qui mérite d'être visité. Presque toutes les surfaces de ce complexe assez vaste sont recouvertes de poteries ou de verres brisés, transformant le bâtiment en une étrange mosaïque en 3D. Il y a aussi quelques lieux de culte en ville, mais aucun n'est particulier. Pour une tranquillité générale et l'effet photographique de la fumée d'encens, essayez la pagode Linh Son.

Linh Phuoc pagoda, Trai Mat, Dalat
Linh Phuoc pagoda, Trai Mat, Dalat
Trai Mat, Thành phố Đà Lạt, Lâm Đồng, Vietnam
© Istock/Maksym Panchuk
© Istock/Maksym Panchuk

Des manèges amusants

© Istock/Maksym Panchuk
© Istock/Maksym Panchuk

L'ancienne voie ferrée de Dalat n'est pas reliée au réseau vietnamien principal, la seule façon d'y accéder est donc par la route. Mais la gare coloniale a été restaurée et une courte section des anciennes voies est utilisée par un petit train touristique. Les wagons sont de vrais wagons de l'époque française, restaurés et remis en service. La locomotive, hélas, est un banal diesel, tandis que la machine à vapeur d'époque est montée près de la gare pour servir de fond aux selfies. Les promenades dans le petit train ne sont proposées que lorsqu'il y a suffisamment de clients. Une autre option, bonne pour une excursion d'une journée, est le téléphérique. Partant de Robin's Hill, à la périphérie de Dalat, il mène à la pagode Truc Lam. Une courte promenade depuis la pagode vous mènera à un grand lac artificiel, Tuyen Lam. Des excursions en bateau sont proposées, mais elles sont trop chères. Le lac est étonnamment beau pour un réservoir artificiel, mais ce voyage est surtout un cas de "se rendre sur place est la moitié du plaisir". Les meilleures vues sont de toute façon celles que l'on a depuis le téléphérique.


Le rédacteur

Mark Levitin

Mark Levitin

Je suis Mark, un photographe de voyage professionnel et un nomade numérique. Depuis quatre ans, je suis basé en Indonésie ; chaque année, j'y passe environ six mois et l'autre moitié de l'année, je voyage en Asie. Avant cela, j'ai passé quatre ans en Thaïlande, explorant le pays sous tous les angles.

Autres récits de voyage pour vous