© Mark Levitin
© Mark Levitin

Mindat, dans l'État Chin : visages tatoués et animisme

3 minutes de lecture

Ce récit est traduit avec l'aide de la technologie

Ce texte a été traduit en Français à partir de la version originale en English.

Cachée dans le sud de l'État de Chin se trouve une ville de Mindat. Essentiellement un village sans description, sans attractions touristiques en tant que telles et avec un léger sentiment de frontière, Mindat attire un nombre croissant de voyageurs à la recherche d'exemples uniques de culture tribale. Les visages tatoués des femmes chinoises en sont le principal attrait. Si vous avez du temps à perdre, il y a de la place pour creuser plus profondément : l'animisme, le culte des esprits, toujours aussi fort malgré l'afflux massif du christianisme ; un instrument folklorique rare, la flûte de nez ; et l'élevage du mithun, une espèce quasi endémique de bétail domestique. Les collines environnantes offrent de bonnes possibilités de trekking, notamment une randonnée au sommet du mont Victoria. Se rendre en ville est assez simple : des bus directs partent tous les matins de Pakokku, qui sont à leur tour bien reliés à Bagan, Monywa et Mandalay.

© Mark Levitin
© Mark Levitin

Tatouages au menton

La pratique du tatouage du visage des filles a été abolie il y a quelques décennies. Cela signifie que vous ne verrez plus de tatouages sur les personnes de moins de 40 ans, mais beaucoup de femmes plus âgées de Mindat repèrent les motifs typiques : un mélange de points pour la tribu M'kuum, et des lignes arrondies, un peu comme la lettre "B", pour les Muun. La raison la plus fréquemment donnée par les Chin pour cette tradition particulière est celle qui est habituellement fournie pour les méthodes d'embellissement tribales bizarres : pour empêcher les voisins d'enlever des jeunes filles en tant que mariées ou concubines. Il ne semble pas y avoir de rituel ou de contexte religieux, il s'agit simplement d'une coutume populaire. Et en tant que telle, hélas, elle peut être considérée comme une chose du passé.

© Mark Levitin
© Mark Levitin

Flûte nasale

Cet instrument n'est qu'une flûte ordinaire, un peu comme le shakuhachi japonais ; la seule particularité est qu'on en joue avec les narines et non avec la bouche. Il est souvent décrit comme une tradition Chin unique, mais c'est une erreur - quelques autres tribus dans divers pays ont des instruments à vent similaires, les plus proches vivant au Rajasthan, en Inde. Les Chin oublient peu à peu cet art également. Yaw Shen, une très vieille femme de Mindat, est devenue une sorte d'attraction touristique vivante en prétendant être "la dernière joueuse de flûte de nez". En réalité, elle n'est pas la seule, mais l'une des rares qui restent, et tous les autres maîtres de cet art vivent dans des villages reculés. Vous aurez peut-être de la chance et les rencontrerez si vous partez en trekking, sinon Yaw Shen est votre seul choix.

© Mark Levitin
© Mark Levitin

Cérémonies animistes

Le culte des esprits au Myanmar fait partie de la vie quotidienne - les temples nat sont aussi omniprésents que les pagodes bouddhistes. Les Chin appellent aussi leurs propres esprits "nats", mais ils ont peu à voir avec les 37 nats officiels du panthéon birman. C'est une forme d'animisme typiquement tribal, le culte des esprits de la nature, plutôt que des anciens rois et mystiques déifiés qui sont devenus des nains. Quelques rituels simples peuvent être observés le jour de l'État du Chin, qui tombe normalement le 20 février de chaque année. Pour assister à une véritable cérémonie, il faudrait investir du temps et des efforts ou compter sur la chance. L'une de ces occasions est le Lung Yu, le rassemblement des shamans. Cela implique beaucoup de chants, des sacrifices de mithuns et de poulets, et bien sûr, beaucoup d'alcool de mil. Outre l'activité religieuse, pour un voyageur, c'est une bonne occasion de voir des groupes de villageois au visage tatoué dans une atmosphère festive. Ils vous enivreront probablement aussi.

Mindat, Chin State
Mindat, Chin State
Mindat, Myanmar (Burma)

Le rédacteur

Mark Levitin

Mark Levitin

Je suis Mark, un photographe de voyage professionnel et un nomade numérique. Depuis quatre ans, je suis basé en Indonésie ; chaque année, j'y passe environ six mois et l'autre moitié de l'année, je voyage en Asie. Avant cela, j'ai passé quatre ans en Thaïlande, explorant le pays sous tous les angles.

Autres récits de voyage pour vous