© Mark Levitin
© Mark Levitin

La ruée des esprits : le Festival Sak Yant à Wat Bang Phra

3 minutes de lecture

Ce récit est traduit avec l'aide de la technologie

Ce texte a été traduit en Français à partir de la version originale en English.

Pour un pays moderne et technologiquement avancé, la Thaïlande fait preuve d'une adhésion exceptionnelle aux anciennes coutumes et aux anciens usages populaires en matière d'occultisme. Les maisons des esprits se dressent sur les parkings des immeubles résidentiels de grande hauteur. Des sorts secrets sont utilisés pour stimuler les carrières. Les marchés des amulettes sont en concurrence avec ceux des téléphones portables d'occasion. Et de nombreux Thaïlandais des villes repèrent un ou plusieurs Sak Yant - des tatouages magiques. Ces motifs sacrés doivent être encrés dans la peau à l'aide de teintures spéciales, en accompagnement de mantras récités, par les ajarns ("enseignants" - des moines bouddhistes dont on pense qu'ils ont des pouvoirs surnaturels). Cette technique peut être utilisée dans de nombreux monastères, mais dans les environs de Bangkok, un temple a acquis une réputation particulière à cet égard : Wat Bang Phra à Nakhon Pathom, à environ 50 km de la capitale. Une fois par an, généralement aux alentours de la Marche Grégorienne, ce monastère organise également un grand festival. Des pèlerins de tout le pays s'y rendent pour recharger les pouvoirs magiques de leurs Sak Yants, mais il y a un étrange effet secondaire : certains des adorateurs deviennent possédés par les esprits d'animaux enfermés dans leurs tatouages. Il en résulte une ruée d'hommes envoûtés qui ont oublié qu'ils sont des hommes, qui courent, sautent et rampent vers les moines. Pensez à l'apocalypse des zombies avec une saveur sacrée.

© Mark Levitin
© Mark Levitin

Hommage à un enseignant

L'idée officielle du festival est Wai Kru - un hommage, une cérémonie de respect à un grand professeur. Dans le Wat Bang Phra, c'est l'Ajarn Luang Pho Pon, un moine très vénéré. Mais tout comme il était un maître du tatouage Sak Yant, le festival tourne autour des motifs sacrés. Elle commence effectivement la nuit précédente, lorsqu'un grand groupe de pèlerins ajarnistes encre un par un, toute la nuit. Puis, tôt le matin, le rituel principal commence : les moines chantent depuis une scène, à côté du monument de Luang Pho Pon, et les adorateurs, assis en tailleur dans la cour ouverte, méditent à ce son. L'énergie circule, les tatouages se rechargent, jusqu'à ce qu'une soudaine montée du courant invisible secoue les pèlerins, et des dizaines d'entre eux se font posséder en même temps. Tigres, singes, crocodiles et grenouilles en corps humain se précipitent vers la scène, pour être attaqués et abattus par un peloton de soldats, encerclant les moines à cet effet. La folie cesse, pour se reproduire quelques minutes plus tard. L'Asie ne manque pas de cérémonies de possession d'esprit, mais celle-ci est parmi les plus exceptionnelles.

© Mark Levitin
© Mark Levitin

Aspects pratiques

Le Wat Bang Phra est situé suffisamment près de Bangkok pour que l'on puisse s'y rendre directement. Les fourgonnettes publiques à destination de Nakhon Pathom vous déposeront au carrefour de droite si vous le localisez d'abord sur Google Map et prévenez le chauffeur. De là, il faut soit prendre un taxi, soit faire du stop. La meilleure façon de voir la cérémonie serait d'arriver le soir, d'observer l'encrage des Sak Yants la nuit, de dormir sur le terrain du temple (ce qui signifie littéralement par terre - soyez prêt), puis de regarder le festival le matin. Un avertissement : lorsque les adorateurs possédés par des esprits d'animaux se précipitent sur la scène, ils ignorent tout et toute personne se trouvant sur leur chemin. La chose la plus intelligente à faire est de se cacher derrière les soldats, près des moines. Faites attention à votre équipement de caméra et gardez vos oreilles ouvertes : si vous entendez des grognements par derrière, baissez-vous !

© Mark Levitin
© Mark Levitin
Wat Bang Phra, Nakhon Pathom
Wat Bang Phra, Nakhon Pathom
หมู่ 3 นฐ.4014 Tambon Bang Phra, Amphoe Nakhon Chai Si, Chang Wat Nakhon Pathom 73120, Thailand

Le rédacteur

Mark Levitin

Mark Levitin

Je suis Mark, un photographe de voyage professionnel et un nomade numérique. Depuis quatre ans, je suis basé en Indonésie ; chaque année, j'y passe environ six mois et l'autre moitié de l'année, je voyage en Asie. Avant cela, j'ai passé quatre ans en Thaïlande, explorant le pays sous tous les angles.

Autres récits de voyage pour vous