L'histoire de la "Francesinha" portugaise

2 minutes de lecture

Ce récit est traduit avec l'aide de la technologie

Ce texte a été traduit en Français à partir de la version originale en English.

Si vous avez déjà voyagé au Portugal, il est fort probable qu'en cherchant des suggestions de nourriture, vous avez lu (littéralement dans chaque menu), ou entendu parler de leur spécialité locale, les Francesinha.

Pour ceux qui connaissent déjà cette assiette, j'aimerais préciser que le Francesinha n'est pas une assiette que les Portugais mangent toute la journée, et bien sûr ce n'est pas recommandé comme habitude quotidienne (vous comprendrez pourquoi, continuez à lire !).

Indiqué pour les états de carence de joie et de gueule de bois, le francesinha est l'un des plats typiques de la gastronomie de Porto.

Le "petit Français", littéralement traduit, a ses origines dans les années 50 et 60, lorsque, sous la dictature portugaise, des millions de Portugais ont émigré en France. De nombreuses années plus tard, et lorsqu'ils ont été renvoyés chez eux, influencés par la culture française, les Portugais ont pris le croque monsieur à leur cœur.

Daniel David da Silva, qui a travaillé pendant plusieurs années en Belgique et en France, a inventé le francesinha comme alternative au croque-monsieur. On dit qu'il l'a nommé ainsi, en raison de son admiration pour les femmes libérales françaises, les plus "épicées" de son temps.

Que comprend cette fameuse Francesinha ?

Eh bien, n'ayez pas peur, je ne vais pas vous mentir, c'est lourd.......

En quelques mots, il s'agit d'un pain grillé avec du porc, de la saucisse fumée, du bacon, du bifteck et un œuf frit et du fromage. Oui, tous ensemble. En même temps, il est servi avec des frites et une sauce épicée locale généralement composée de tomates, de bière et d'épices.

Je suppose que la chose la plus compliquée est de manger toute la Francesinha, n'est-ce pas ?

Cette assiette se trouve partout à Porto, où c'est en fait une chose culturelle, et elle coûte plus ou moins 6 à 7 euros. Même si vous n'arrivez pas à le terminer, eh bien, croyez-moi, ça vaut le coup d'essayer !

Amusez-vous bien !


Villes intéressantes liées à ce récit de voyage


Le rédacteur

Chrisa Lepida

Chrisa Lepida

Je m'appelle Chrisa et je viens de Grèce. Amoureuse de la nature, passionnée de sports d'hiver et obsédée par Erasmus, j'écris toujours sur ces sujets.

Autres récits de voyage pour vous