Choses à faire à Tasiilaq, Groenland

6 minutes de lecture

Ce récit est traduit avec l'aide de la technologie

Ce texte a été traduit en Français à partir de la version originale en English.

Tasiilaq est la plus grande ville de la côte sud-est du Groenland et compte environ 2000 habitants. Pour nous qui vivions dans les grandes villes, nous pouvons peut-être penser qu'il n'y a pas grand-chose ici, parce que la ville n'est composée que de jolies petites maisons en bois colorées et d'un petit port, utilisé par les habitants et par les deux seuls grands navires qui, dès que la glace se brise et que la mer redevient navigable, approvisionnent les deux seuls magasins de la ville. Que pouvez-vous trouver d'autre dans la ville ? Il y a bien sûr une mairie, un bureau de poste, une église, un centre touristique, un petit musée et un hôpital, le seul sur la côte et utilisé par tous les autres petits villages autour. A Tasiilaq il est impossible de se perdre car il n'y a que 2 routes, un tas de voitures (je pense que j'en ai compté 20 au total), pas d'embouteillage, pas d'embouteillage, pas de feux de circulation, pas de bruits.

Tasillaq est vraiment une ville très charmante, j'adore faire une promenade entourée de maisons en bois colorées qui contrastent avec les morceaux d'icebergs naufragés flottant dans la baie. De plus, ses habitants, malgré toutes les difficultés qu'ils rencontrent, sont toujours souriants et nous accueillent dans leur ville.

Les Inuits disent que le Groenland n'a que deux jours, l'un est la nuit et l'autre le jour. En effet, depuis mon arrivée début juillet, je n'ai pas encore vu une seule nuit. L'été, c'est le jour. Le soir, le soleil se couche plus ou moins vers minuit, mais il ne sort pas vraiment, il se cache derrière une montagne en laissant échapper quelques faisceaux, et il ne devient jamais nuit, puis il réapparaît vers 2 heures du matin en illuminant à nouveau les montagnes avec ses rayons dorés.

Ma première nuit était un peu confuse, si je me réveillais au milieu de la nuit, mon premier réflexe était de regarder par la fenêtre pour voir plus ou moins l'heure qu'il aurait pu être, car le soleil brillait dans le ciel, je me suis dit : "Ohhhh, c'est déjà le matin. C'est l'heure de se lever ! "Je me suis assis sur le lit, j'ai pris mon téléphone et en regardant ma montre, je me suis finalement rendu compte qu'il n'était que 3h du matin...... Cependant, après avoir été à Tasiilaq pendant 3 semaines, j'étais à l'aise pour dormir sans masque ou rideaux, et quand je me suis réveillé, au lieu de regarder dehors, j'ai pris ma montre directement et la plupart du temps, j'ai tourné de l'autre côté et je me suis endormi à nouveau.

Une de ces nuits où je me suis réveillé, il était 2h30 du matin et curieux, j'ai regardé par la fenêtre et la magie se produisait. Juste avant le lever du soleil, les quelques nuages qui se trouvaient dans le ciel étaient si roses que le paysage ressemblait à une peinture. C'était le premier lever de soleil d'une telle beauté que j'ai vu, évidemment je n'ai pas pu résister, j'ai attrapé mon appareil photo, mis une veste sur mon pyjama, une paire de crocs et je suis sorti pour tirer. J'étais là à prendre des photos pendant environ 15 minutes sous les yeux douteux des chiens du voisin, quand j'ai réalisé que j'avais laissé les clés de la maison dans ma chambre à coucher et, si quelqu'un avait fermé la porte, je serais resté dehors pour le reste de la nuit avec mon pyjama. Heureusement, j'ai couru juste à temps, parce qu'à l'entrée Viggo, l'Inuit qui partageait la maison avec moi, fumait, je lui faisais signe de la main et je pouvais rentrer chez moi allongé dans mon lit chaud avec un sourire peint sur mon visage.

L'été ici à Tasiilaq et au Groenland en général, ce n'est pas seulement une saison des fêtes comme nous le considérons en Europe. Ici, c'est un véritable réveil. Après avoir passé de longs mois dans l'obscurité froide, vous sentez vraiment que cette lumière régénère et recharge non seulement les gens mais aussi la nature dans laquelle ils vivent. Il est maintenant possible de travailler, ils peuvent réparer tout ce que l'hiver avec ses vents très forts et les températures glaciales cassées. Ils peuvent chasser jour et nuit, les enfants jouent pendant que les chiens se reposent au soleil pour être prêts pour l'hiver. C'est ce que vous voyez quand vous marchez dans le village pendant les mois d'été. Les vêtements sèchent au soleil en même temps que les peaux d'ours, les poissons et les morceaux de phoque, les enfants s'amusent, les personnes âgées se promènent et parlent, vous pouvez prendre une glace ou un café au centre touristique, visiter le musée et apprendre la culture inuit, visiter la ville ou faire de belles randonnées dans les vallées du Groenland, observer les icebergs transportés dans le fjord par les courants, sortir en bateau pour observer les baleines, ou naviguer autour de l'iceberg et les glaciers, aller pêcher et chasser.

Il y a quand même des jours où le vent vient ou le brouillard ou il pleut, dans ces jours-là tout s'arrête, le travail et toutes les autres activités. Nous restons à la maison, nous buvons une tasse de thé ou de café, lisons un livre, racontons des histoires, rions et attendons que le temps change. On ne s'impatiente pas, ni nerveuse, pourquoi ? Que pouvons-nous faire contre la nature, contre un vent qui peut souffler jusqu'à 300 km/h ? Les rafales sont si fortes qu'elles déplacent même les déchets qui pèsent jusqu'à 100 kg, de sorte que la chose la plus sage et la plus sûre à faire est de rester à la maison et d'attendre.

Je n'ai eu que deux jours de mauvais temps et de tempête en été à Tasiilaq, ce n'était pas un vent aussi fort que celui que j'ai décrit ci-dessus, parce que celui qui s'appelle Piterak, ne vient habituellement qu'en hiver. J'avais un vent de 180 km/h, cependant, pour moi c'était déjà assez pour voir. De la maison où je vis, qui est toute en haut de la colline (c'est la toute dernière maison au sommet du village et par ma fenêtre je peux voir le fjord et la ville en bas) le soir où la tempête est arrivée, je pouvais sentir le vent siffler à travers le bois et pousser avec toute sa force contre ses murs comme une vague brisant contre un rocher dans la mer. Parfois, toute la maison tremblait et je me demandais si nous allions tous nous envoler, mais en regardant les autres locataires qui semblaient si tranquilles, j'ai abandonné cette pensée, je me suis couché et je me suis endormi bercé par les histoires que le vent emportait avec lui.

Le lendemain matin sous le soleil, le calme était de nouveau présent et la ville de Tasiilaq a repris le cours normal des choses, les enfants ont couru partout, les chiens ont travaillé, les adultes ont travaillé et les touristes heureux de ne plus être enfermés dans l'hôtel quittaient l'hôtel pour aller faire de la randonnée dans les merveilleuses vallées du Groenland.

Visiting Tasiilaq in Greenland
Visiting Tasiilaq in Greenland
Tasiilaq, Greenland
Icebergs Watching in Greenland
Icebergs Watching in Greenland

Le rédacteur

Lucia Gaggero

Lucia Gaggero

Je m'appelle Lucia, je suis une photographe italienne qui aime raconter et partager des histoires, des aventures, des légendes et le grand Nord.

Autres récits de voyage pour vous